La graphiose de l’Orme

Auteur : Alain Butet / septembre 2019

Bois dur de très bonne qualité, l’Orme est une essence précieuse très utilisée par le passé. La loupe d'orme, très recherchée pour son veinage était réservée aux très beaux meubles. L’Orme était aussi souvent planté dans les haies bocagères pour la qualité nutritionnelle de ses feuilles.

Mais dès le début du XXe siècle, une maladie, qui va s’accentuer dans les années 70, touche toutes les espèces d’ormes et tout particulièrement l’Orme champêtre autrefois commun dans les paysages de bocage.

Décrite d’abord aux Pays Bas, la « maladie hollandaise » responsable de ce déclin des ormes va s’étendre dans toute l’Europe. Elle est plus généralement appelée graphiose en raison des stries noires caractéristiques qui apparaissent sous l'écorce. Ces manifestations sont dues à un champignon pathogène (Ophiostoma ulmi).

La transmission de la maladie se fait le plus souvent via les insectes et surtout par les Scolytes, petits insectes coléoptères, qui sont les principaux vecteurs. Pour se reproduire, ils consomment de la cellulose prélevée dans l’écorce des ormes, mais c’est grâce à ce champignon, qu’ils hébergent, que les scolytes vont pouvoir digérer cette cellulose. Au cours de ces attaques, ils transmettent activement les spores de ce champignon pathogène d’un arbre à l’autre. La progression du champignon provoque alors une réaction de l’arbre qui a pour conséquence d’obstruer ses vaisseaux et bloquer la circulation de la sève. La maladie peut parfois se transmettre par contact racinaire si les arbres sont suffisamment proches les uns des autres.

Les symptômes commencent par une déformation de l’écorce et le flétrissement des feuilles des rameaux supérieurs puis la maladie gagne le reste de l’arbre qui s’assèche littéralement. Selon l’âge et la vigueur de l’arbre, la mort peut être très rapide mais s’étend parfois sur plusieurs années.

Aujourd’hui, on tente de sauver l’orme, en produisant des variétés résistantes, par hybridation de souches d’ormes asiatiques et européennes.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité