Donateurs laïcs

Auteur : Annie Bardel et Ronan Pérennec / novembre 2016

Peut-on faire un rapport entre les donateurs carolingiens inhumés dans l’église vers 870 et ceux qui possédaient vers l’an 500 l’ancien domaine gallo-romain à l’origine du monastère ? On ne dispose actuellement d’aucune preuve, archéologique ou autre, pour répondre à cette question. Peu d’autres découvertes ont pu être mises en relation avec des bienfaiteurs laïcs de façon aussi significative que les sarcophages. On a retrouvé au cours des fouilles un certain nombre de tombes privilégiées, datables du VIIe au IXe siècle. Mais rien ne permet d’identifier leur occupant, qui peut aussi être un abbé. Ainsi le célèbre «tombeau de Gradlon», construit seulement au xiie siècle, a été assimilé par la suite à celui de ce roi de légende et considéré à tort comme très ancien. Il pourrait bien représenter la déformation tardive d’une sorte d’hommage global à la famille des protecteurs de Landévennec, à travers un abbé d’ailleurs issu de leurs rangs.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité