Emgann

Auteur : Jeanne Toutous / octobre 2020

Parti politique breton à la gauche de la gauche, Emgann est créé en 1983. À cette date, la gauche radicale est insatisfaite de la politique menée par le gouvernement Mauroy. Des militants bretons issus du Front de libération de la Bretagne (FLB) sont alors en détention, défendus par un collectif nommé Kuzul an Distaoliadeg (« conseil pour l’amnistie »). Des membres de ce collectif lancent Emgann, dont le nom, « combat », est une allusion à celui d’une publication clandestine du FLB. Le parti politique, quoique légal et reconnu, est souvent considéré comme une vitrine politique de l’Armée révolutionnaire bretonne. Ses militants sont plutôt jeunes, radicaux dans leurs idées sociales et indépendantistes, et volontairement en concurrence avec les militants de l’Union démocratique bretonne (UDB), qu’ils accusent de s’être détournée des idéaux de ses débuts. Pour Emgann, la Bretagne est une nation colonisée par l'État français dont l'indépendance, conjuguée à l'application d'un socialisme autogestionnaire et internationaliste, permettrait de se libérer. À son apogée à la fin des années 1990, Emgann regroupe environ deux cents membres. C'est aussi durant les années 1990 que certains partisans sont arrêtés pour avoir hébergé des militants basques, sur des soupçons d'aide logistique à l'ETA (Euskadi Ta Askatasuna, Pays basque et liberté), ou pour des faits liés à l'Armée révolutionnaire bretonne. Après l'attentat de Quévert contre le restaurant McDonald's le 19 avril 2000, le porte-parole du parti est arrêté et placé en détention préventive. Au terme d'un procès achevé en mars 2004, où onze militants d'Emgann sont jugés, tous les membres de l’organisation finissent par être mis hors de cause et l'attentat de Quévert est condamné par le parti. En octobre 2009, Emgann décide de créer une nouvelle formation de gauche indépendantiste, Breizhistance, qui se définit progressivement plus volontiers comme « Gauche indépendantiste bretonne », avant de se rebaptiser War-Sav (Pour l’organisation de la gauche indépendantiste) en 2020. 

Proposé par : Bretagne Culture Diversité