Les Universités bretonnes

Auteur : Tudi Kernalegenn / décembre 2016

C’est en 1461 qu’est créée à Nantes, par le duc François II, la première université bretonne. C’est un élément important de l’affirmation d’un État breton. Jusqu’alors, les étudiants bretons devaient se rendre à Angers, Orléans ou Paris. Cette nouvelle université regroupe les cinq facultés : arts, théologie, droit canon, droit civil et médecine. Au XVIIIe siècle toutefois, cette université périclite. En 1735, la faculté de droit est même transférée à Rennes.

Au cours de la Révolution française, l’enseignement supérieur s’effondre en Bretagne comme ailleurs. C’est à Rennes que l’université bretonne renaît de ses cendres, au cours du XIXe siècle. La faculté de droit est restaurée en 1806, puis des facultés de lettres et de sciences sont créées en 1839-1840. En 1896 enfin, l’université de Rennes est instaurée, intégrant les trois facultés, de même que les écoles de médecine de Rennes et Nantes. Le nombre d’étudiants est toutefois très faible. En 1910, par exemple, ne sont décernées que 15 licences ès lettres et 23 ès sciences.

Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que le nombre d’étudiants en Bretagne commence réellement à décoller. L’université de Rennes compte 5 982 étudiants en 1949/1950. En 1961/1962, l’université de Nantes est créée. Les deux universités bretonnes comptent alors en tout 13 425 étudiants. En 1969 naît l’université de Bretagne occidentale, alors que l’université rennaise est divisée en deux. En 1972/1973, les quatre universités bretonnes comptent déjà 39 346 étudiants et 53 139 en 1981/1982. Une cinquième université est créée en 1995, l’université de Bretagne-Sud, à Vannes et Lorient. En 1996/1997, l’université bretonne regroupe 104 489 étudiants, maximum historique. En 2006, les universités et grandes écoles de Bretagne administrative décident d’unir leurs forces en une Université européenne de Bretagne.

Proposé par : Bretagne Culture Diversité